webleads-tracker

Conduite du changement : les 7 personnalités les plus courantes et comment les gérer – 1/3

12février

Conduite du changement : les 7 personnalités les plus courantes et comment les gérer – 1/3

Pour obtenir des résultats significatifs suite à l’acquisition d’une nouvelle solution, vous devez convaincre les individus d’utiliser l’outil. Si personne ne l’utilise, vous ne tirerez profit d’aucun avantage de l’outil.

Le changement est difficile pour de nombreuses personnes, peu importe les avantages qu’elles peuvent en tirer.

Tout type de changement dans une organisation requiert 4 choses :

  1. Des ambassadeurs. L’un des membres de l’équipe doit proposer et encourager les changements.
  2. L’acceptation. Les personnes concernées par le changement doivent comprendre et accepter les changements proposés et s’impliquer.
  3. La participation. Toutes les personnes impliquées dans les changements (que ce soit directement ou indirectement) doivent coopérer et s’assurer que tout est correctement mis en œuvre.
  4. La formation. Tout le monde a besoin d’informations et de formation appropriée pour pouvoir s’adapter facilement et s’assurer que le changement soit adopté.

Dans la plupart des cas, vous serez face à une ou plusieurs des 7 personnalités suivantes lors de l’adoption d’un nouvel outil :

  1. Le sceptique
  2. Le fervent enthousiaste
  3. L’esprit libre
  4. Le technophobe
  5. Le roi ou la reine du psychodrame
  6. Le loup solitaire
  7. Le je-sais-tout

1. Le sceptique

Les sceptiques sont des obsédés du « pourquoi ». Ils décomposent chaque proposition ou décision pour en comprendre le but.

Dans sa version positive, le sceptique déniche rapidement les pertes de temps et de ressources. Il peut également apporter de la clarté aux actions et aux projets.

Mais un sceptique peut se transformer rapidement en pessimiste grincheux qui annihile tout nouvel outil, idée ou méthode avant que ceux-ci ne soient explorés.

Comment identifier un sceptique dans votre équipe ?

Ils ont tendance à dire que les choses sont bien telles qu’elles sont, même si tout ne fonctionne pas de manière efficace.

Ils font des suppositions et émettent des opinions sur tout avant même d’essayer.

Ils sont satisfaits du niveau actuel de performance et doutent que l’équipe soit capable d’atteindre de meilleurs résultats.

Comment gérer un sceptique ?

Apportez des réponses aux a priori négatifs avant qu’ils ne se propagent.

Demandez-leur d’évaluer l’outil en détail avant de formuler une opinion finale.

Impliquez-les dès le départ. Par exemple, incluez-les dans le processus de décision sur la façon dont le travail doit être fait avec le nouvel outil afin qu’ils sentent que leurs idées sont appréciées et mises en œuvre.
Si possible, donnez-leur des responsabilités comme s’assurer que toute l’équipe suit la formation.

2. Le fervent enthousiaste

Vu de l’extérieur, les fervents enthousiastes ne semblent nécessiter que de peu d’accompagnement, voire pas du tout. Ils voient immédiatement de manière enthousiaste la valeur de tout nouvel outil, ils demandent continuellement des mises à jour et poussent pour que tout soit transposé dans le nouvel outil au plus vite.

Cependant, faire de trop nombreux changements avant de comprendre pleinement l’outil et comment ces changements affecteront les autres peut faire plus de mal que de bien.

Comment identifier un fervent enthousiaste dans votre équipe ?

Ils transposent les projets dans le nouvel outil sans discuter de la meilleure façon de les organiser.

Ils suivent rapidement la formation ou en sautent des parties, passant à côté de détails importants.

Ils dupliquent le travail et ne consultent pas l’équipe.

Comment gérer un fervent enthousiaste ?

Les fervents enthousiastes peuvent être vos meilleurs alliés.

Utilisez leur enthousiasme pour permettre aux membres de l’équipe de partager leurs ressentis sur l’outil. Impliquez-les dès le départ, comme les sceptiques.

Le plus grand défi est de contrôler leur enthousiasme lorsqu’il devient impulsivité sans le détruire totalement. Cela demande du tact et beaucoup de patience.

Soulignez la nécessité de comprendre les bases du logiciel avant de se plonger dans les fonctionnalités avancées. Mettez en place un système de retours d’information avant que tout changement soit réalisé, notamment au début de l’implémentation.

Rappelez-leur comment leur travail s’imbrique dans celui de l’équipe et encouragez-les à faire preuve de calme. Lorsque le fervent enthousiaste a compris comment ses actions peuvent affecter les autres et qu’il acquière une vision globale, il aligne ses efforts sur les objectifs de l’entreprise pour les soutenir.

Source : e-book “Accélérer la gestion du changement” de Wrike

La semaine prochaine, découvrez l’esprit libre et le technophobe.

Posté par GlobalPartner  Posté le 12 Fév 
  • Commentaires publiés : 0