webleads-tracker

Se préparer à l’arrêt du RTC, vers le tout-IP

30novembre

Se préparer à l’arrêt du RTC, vers le tout-IP

L’arrêt du RTC n’interviendra pas du jour au lendemain !
Cependant, il faut s’y préparer afin de ne pas être pris de cours. Deux phases doivent être prises en compte.

 

Qu’est-ce que le RTC ?

Le RTC (Réseau Téléphonique Commuté) est le réseau historique permettant d’acheminer vos appels de téléphonie analogique ou numérique fixe sans avoir de box internet. La technologie est ancienne puisqu’elle a été déployée au début des années 1980 et arrive progressivement en fin de vie. Aujourd’hui, la plupart des consommateurs utilisent la téléphonie numérique fixe en voix sur IP ou « VoIP ». En VoIP, les communications utilisent le protocole internet (IP) via une box pour fonctionner. En RTC, ce sont les traditionnels commutateurs qui effectuent la liaison entre l’appelant et l’appelé. La VoIP permet aujourd’hui de remplacer les services RTC pour le consommateur.

 

Que signifie « l’arrêt du RTC » ?

Deux phases doivent être prises en compte.

La première concerne l’arrêt de la commercialisation des nouvelles lignes RTC. Celle-ci est intervenue le 15 novembre 2018 pour l’analogique et aura lieu le 15 novembre 2019 pour le numérique. Cela veut dire qu’il ne sera plus possible de souscrire à un abonnement RTC.

La seconde concerne l’arrêt technique des lignes, intervenant par lot de plaque à partir de 2023. Vous serez tenu informé 5 ans avant l’extinction définitive de votre plaque.

 

Qu’est-ce qu’une plaque ?

Une plaque correspond à un regroupement de communes et/ou d’arrondissements appartenant à un seul département. Une commune ou un arrondissement n’appartient qu’à une seule plaque. Les communes ou les arrondissements d’une même plaque sont adjacents. La description des plaques dans lesquelles le RTC va fermer est donnée sur fftelecoms.org. Cette description comporte la cartographie ainsi que la liste exhaustive des communes.

 

Ma situation et l’extinction des plaques

tableau d'extinction des plaques selon la situation de l'abonné

Que faire si je suis concerné par l’arrêt du RTC ?

Une règle d’or prévaut pour l’ensemble des utilisateurs concernés : l’anticipation ! Les entreprises et les administrations devront faire migrer leur parc RTC vers le tout-IP.

le calendrier de la fin du RTC - phases 1 et 2

Les 7 plaques concernées par l’arrêt technique du RTC en 2023

Les sept premières « plaques » pour lesquelles la technologie RTC (Réseau téléphonique commuté) laissera place à de nouvelles technologies de téléphonie fixe sont connues depuis le 26 octobre 2018. Chaque année, de nouvelles plaques, correspondant à une série de communes, seront dévoilées. Les clients disposeront d’un délai de 5 ans pour migrer leur abonnement ou parc RTC vers une solution en tout-IP.

carte des 7 premières plaques d'arrêt du RTC

 

Expérimentations en cours sur l’arrêt de commercialisation et technique du RTC

Elles servent à tester en avance de phase et à petite échelle l’arrêt de la commercialisation et l’arrêt technique des lignes RTC.

L’objectif est d’obtenir une vision globale des incidences que pourraient engendrer la fin du RTC sur l’ensemble des cas d’usages clients.

Une expérimentation de l’arrêt technique du RTC pour les lignes en parc aura lieu en 2021. Sont concernées, dans le Sud Finistère, les communes de Concarneau, Elliant, Melgven, Rosporden, Saint-Yvi et Tourch et dans le Val d’Oise, la commune d’Osny.

 

Les réponses aux questions que vous vous posez

Que s’est-il passé le 15 novembre 2018 ?

Depuis le 15 novembre 2018, il n’est plus possible de souscrire à un nouvel abonnement RTC sur l’ensemble du territoire métropolitain.

 

Le tout-IP sera-t-il aussi performant que le RTC ?

Oui. Les études de l’observatoire des « Indicateurs de qualité du service de téléphonie fixe »  de l’ARCEP, régulateur des télécoms, permettent d’établir que la qualité du service téléphonique en tout-IP est équivalente ou supérieure à celle du service téléphonique sur le RTC, tant en ce qui concerne le taux de réussite des appels que pour la qualité de la voix.

 

Que se passera-t-il en cas de coupure électrique ?

Les lignes analogiques et RNIS sont auto-alimentées et continuent de fonctionner en cas de coupure électrique sur site. Bien sûr, les équipements clients tels que les PABX notamment sont sujets aux coupures. Certains disposent donc aujourd’hui d’onduleurs / batteries pour fonctionner quelques heures en autonomie.

En téléphonie sur IP (téléphonie hébergée ou trunk), il est nécessaire de mettre en place des onduleurs (batterie) pour que les équipements comme les routeurs ou les switchs POE disposent d’une autonomie de quelques heures. Ces solutions nécessitent d’allouer un budget supplémentaire mais sécurisent également la partie accès Internet.

 

Source : fftelecoms.org

Posté par GlobalPartner  Posté le 30 Nov 
  • fin du RTC, téléphonie d'entreprise, Téléphonie sur IP
  • Commentaires publiés : 0