RSE : 6 pas vers une boîte mail écologique

Recherches Internet, visioconférences, appels groupés en ligne, échanges de documents sur serveurs… Le télétravail imposé par la Covid-19 encourage les échanges virtuels. Une façon de travailler qui semble plus écologique que jamais mais qui favorise en réalité l’usage de plateformes, matériels et infrastructures numériques gourmandes en énergie. Pour y remédier, il existe quelques pratiques virtuelles très simples à adopter dès maintenant, en commençant par sa boîte email. L’occasion de faire ses premiers pas vers des pratiques RSE. Voici donc quelques astuces pour une boîte mail plus responsable.

1 – Supprimer régulièrement ses messages

Aussi invisibles et immatérielles soient elles, nos boîtes mail méritent un nettoyage fréquent. Plus elles sont lourdes, c’est-à-dire remplies, plus elles ont besoin d’énergie, et donc plus elles polluent.

À l’image des boîtes aux lettres physiques, il est primordial de les vider et ranger au moins une fois par semaine. Faites le tri, supprimez les courriers indésirables ou inutiles. Et gardez en tête que même les mails stockés dans la poubelle font tourner les serveurs de votre hébergeur. Pensez donc bien à vider le plus souvent possible votre corbeille.

2 – Se désabonner une bonne fois pour toutes des newsletters inutiles

Sur un coup de tête, on s’abonne souvent à des newsletters hebdomadaires voire quotidiennes qu’on ne lit finalement jamais. Prenez une bonne heure pour définitivement vous désinscrire des contenus de ce genre.

Si cette routine vous semble trop chronophage, des applications gratuites comme Cleanfox peuvent le faire pour vous et vos équipes.

3 – Se débarrasser des spams

Réelle pollution pour la planète mais aussi pour votre esprit, les spams sont non seulement à supprimer et à bloquer, mais aussi à signaler si vous en avez l’occasion. La Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) recommande de signaler tout pourriel via cette adresse www.signal-spam.fr.

4 – Privilégier les liens aux pièces jointes

Un mail standard génère environ 4 grammes de dioxyde de carbone. Imaginez donc avec des pièces jointes. L’organisation Carbon Literacy Project rapporte qu’un mail comportant une photo de 1Mo envoyé à dix personnes équivaut à parcourir 500 mètres en voiture. Une hérésie !

Préférez les liens ou dossiers partagés sur un serveur en ligne commun par exemple, aux pièces jointes volumineuses. Si vous vous demandez s’il est possible de mettre en place un serveur commun et sécurisé pour votre Entreprise, les consultants GLOBAL PARTNER sont à votre disposition pour vous guider pas à pas.

5 – Préférer le téléphone au mail

Plus rapide, plus personnel, plus clair et moins polluant qu’une série de mails interminable, le téléphone peut être l’outil à remettre au goût du jour parmi vos Collaborateurs.

6 – Choisir avec soin ses destinataires

Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), multiplier par 10 le nombre de destinataires d’un mail, c’est multiplier par 4 son impact environnemental. On évite donc le « répondre à tous » pour cibler davantage ses interlocuteurs.

Et pour aller plus loin vers un comportement éco responsable au bureau, pourquoi ne pas partager cet article avec vos collaborateurs ?

No Comments

Post A Comment